King Crimson

King Crimson est un groupe britannique de rock progressif, fondé en 1969 par Robert Fripp, et considéré comme l'un des plus emblématiques du genre.

La composition du groupe a continuellement changé tout au long de son histoire. Fripp en est le seul membre permanent, mais il a déclaré qu'il ne se considérait pas nécessairement comme son chef. Pour lui, King Crimson est avant tout « une façon de faire les choses », une constance musicale qui a persisté à travers l'histoire du groupe.

En 1967, le guitariste Robert Fripp répond à une petite annonce des frères Giles, Mike et Peter, respectivement batteur et bassiste, qui recherchent un joueur de claviers. En 1968, le groupe Giles, Giles & Fripp est signé par Decca et enregistre un album, The Cheerful Insanity of Giles, Giles and Fripp. Peu après, Ian McDonald (claviers et instruments à vent) se joint à eux.

En 1969, après l'éviction de Peter Giles, remplacé par Greg Lake, Fripp, McDonald, Lake & Giles forment King Crimson avec le poète Peter Sinfield. Le groupe commence à jouer au Royaume-Uni, donnant notamment plusieurs concerts au Marquee Club, et enregistre son premier album, In the Court of the Crimson King, entre deux concerts, album qui fera date dans l'histoire de la musique rock, mélange de progressif, musique contemporaine et jazz. Ils font leur première scène à Hyde Park en première partie des Rolling Stones, lors de leur concert-hommage à Brian Jones. La formation s'envole ensuite pour les États-Unis. À la fin de la tournée américaine, McDonald et Giles quittent le groupe suivi peu de temps après par Greg Lake qui rejoindra Keith Emerson pour fonder avec Carl Palmer le groupe Emerson, Lake & Palmer.


Greg Lake

En 1970, Fripp et Sinfield poursuivent l'aventure en studio avec divers musiciens proches de Keith Tippett. Fripp avait demandé à ce dernier de rejoindre la formation, mais Tippett décline poliment. Le groupe enregistre In the Wake of Poseidon (avec les frères Giles et Lake), qui adopte une structure et un imaginaire proche de l'album précédent, lui permettant de renforcer son succès. L'inventivité de Robert Fripp lui fait changer une première fois de cap et l'album suivant, Lizard, plus mâtiné d'instruments à vent (cor, hautbois, trompette) et à l'ambiance plus sombre, désarçonne une part importante de son public ; cet album reste l'un des plus atypiques et des plus originaux de la formation.

En 1971, un nouveau groupe pour la scène est enfin formé. Outre Fripp et Sinfield (qui utilise le synthétiseur VCS3 pour créer des effets sonores), il est constitué de Boz Burrell (basse et chant), Mel Collins (flûte, saxophone et claviers) et Ian Wallace (batterie). Le groupe enregistre Islands, d'inspiration classique et précieuse, avec une utilisation subtile du mellotron par Robert Fripp. Au cours de la tournée, des tensions apparaissent et Sinfield est encouragé à quitter le groupe. Les autres membres suivent à la fin de la tournée américaine (1972), laissant Fripp seul à la barre. Un album live intitulé Earthbound, de piètre qualité sonore, sera tiré de la tournée.

Fin 1972, Fripp crée un nouveau King Crimson avec John Wetton (basse et chant), David Cross (violon et clavier), Bill Bruford (batterie) et Jamie Muir (percussions). Ce dernier quitte rapidement le groupe, avant l'enregistrement de l'album Larks' Tongues in Aspic : même s’il participe à cet enregistrement, il n'apparaît plus en concert avec le groupe. Ce disque, encore marqué par l'empreinte de Fripp en qualité de compositeur, est un virage vers un durcissement de leur musique. L'antinomie entre Lark's Tongue in Aspic I, au climat hétéroclite et inquiétant qui ouvre le disque, et Lark's Tongue in Aspic II, un morceau ambitieux de hard rock de 7 minutes qui le termine restera longtemps l'un des chevaux de bataille du groupe sur scène. Ce dernier sera plagié par Pierre Bachelet et Hervé Roy pour la musique du film Emmanuelle.



Robert Fripp

En 1973 paraît Starless and Bible Black, enregistré partiellement en concert, notamment au Concertgebouw d'Amsterdam. Cette oeuvre étrange est une parenthèse que l'on pourrait qualifier d'expérimentale et bien dans l'air du temps. L'année suivante, le groupe se sépare de David Cross et le trio Fripp, Wetton, Bruford enregistre Red, un album sombre et désespéré, avec la participation d'anciens membres du groupe (McDonald et Collins). Suite à cet enregistrement, Fripp décide de mettre un terme à King Crimson, décrétant la fin des groupes dinosaures et se voulant désormais « une petite cellule libre, mobile et intelligente ». L'année 1975 sera marquée par la sortie de USA, un enregistrement en concert de titres marquants du Roi Cramoisi (Fripp, Cross, Wetton et Bruford).

A la fin des années 1970, Fripp décide de revenir sur la scène musicale. Après diverses collaborations, il forme un groupe nommé Discipline avec Adrian Belew (guitare et chant), Tony Levin (basse) et Bill Bruford. Suite à quelques concerts le groupe change de nom et redevient King Crimson. Cette version sort trois albums : Discipline (1981), Beat (1982) et Three of a Perfect Pair (1984). Le plus original reste Discipline et les flamboyants chevauchements de guitares entre Fripp et Belew. Dans le titre Elephant Talk notamment, Belew fait sonner sa guitare comme le barrissement d'un éléphant. Indiscipline dans le même ton, est un fleuve de lave en fusion et sur l'étonnant Sheltering Sky, Robert Fripp profite de sa GR-300 de Roland pour jouer avec des sons de violons octaviés. Le morceau-titre de l'album illustre bien ces fameux chevauchements/décalages de guitares soulignés par la rythmique puissante de Bill Bruford ainsi que par les coups de basse de Tony Levin. Fin 1984, King Crimson se remet en veilleuse.

Au début des années 1990, Fripp crée de nouvelles compositions qui lui semblent appropriées pour une nouvelle version de King Crimson. Des problèmes judiciaires avec son ancienne maison de disque E.G. repoussent à 1994 les premières répétitions du nouveau groupe constitué sur la base d'un double trio : Robert Fripp (guitare), Trey Gunn (stick ou « touch guitar »), Pat Mastelotto (batterie et percussions), Tony Levin (basse et Stick), Bill Bruford (batterie et percussions) et Adrian Belew (guitare et chant). En 1994 sort VROOOM, un mini-CD promotionnel, immédiatement suivi de l'album THRAK. Ce disque est à nouveau un virage ample et violent du groupe qui enfouit la production des groupes métal du moment. La production de David Bottrill au coeur du fameux studio RealWorld de Peter Gabriel y est pour beaucoup. Deux ans plus tard, après des sessions infructueuses, des sous-groupes nommés « ProjeKct » constitués de 3 à 4 musiciens du double trio sont formés pour faire évoluer une musique abstraite, mi-écrite, mi-improvisée. Bill Bruford quitte rapidement le groupe et il apparaît de plus en plus difficile pour Tony Levin de continuer l'aventure en raison de ses divers engagements, notamment avec Seal et Peter Gabriel.

Le quatuor restant sort en 2000 The ConstruKction of Light d'inspiration inégale, puis en 2003 The Power to Believe. Dans cette dernière étude, la formation s'est concentrée sur les effets et les artifices engendrés par les « racks », pédaliers raccordés aux instruments. Plus d'instrumentaux et la volonté affirmée encore d'une architecture sonore à la fois sophistiquée et brutale. Pour le fond nous restons dans le sillage de THRAK qui a marqué une étape importante dans leur progression, teintée cependant d'un sentiment ambigu de défaitisme, de désespoir. Fripp n'a décidément pas confiance dans l'être humain. Nous entrons dans l'univers de l'homme schizoïde du XXIe siècle, prophétisé par le premier disque In the Court of the Crimson King. Il s'agit là d'une musique évocatrice dont chaque accord est une « couleur » souvent ténébreuse et violemment contrastée, pleine de fluorescences et de flashes aveuglants. Suite à la tournée, Trey Gunn décide de quitter le groupe pour se consacrer essentiellement à un projet multimédia nommé Quodia. Il est remplacé par Tony Levin.

En 2005, le groupe entre dans une nouvelle procédure de recherche et de développement. ProjeKct 6 (Adrian Belew à la batterie et Robert Fripp à la guitare) a déjà travaillé en studio et est apparu en concert en 2006, notamment en première partie de Porcupine Tree.

(source Wikipidia)

Discographie :

  • In the Court of the Crimson King (1969)
  • In the Wake of Poseidon (1970)
  • Lizard (1970)
  • Islands (1971)
  • Larks' Tongues in Aspic (1973)
  • Starless and Bible Black (1974)
  • Red (1974)
  • Discipline (1981)
  • Beat (1982)
  • Three of a Perfect Pair (1984)
  • VROOOM (1994)
  • THRAK (1995)
  • The ConstruKction of Light (2000)
  • The Power to Believe (2003)

 

comments powered by Disqus

Rechercher/Search...

Membres les plus actifs

Membre le plus apprécié

News

25/03/16

Albums Cultes :

"Pet Sounds"

 

24/03/16

Mise à jour de la Playlist !

 

Le dernier album de Frantz Gnouf et son Trio "Freevolus" disponible dans la boutique et sur Spotify.

Freevolus - Teragram

Retrouvez Peace Radio sur votre Android ! Ici